Partagez | 
 

 [RP LIBRE] Les malheureux anonymes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar



messages : 271
dispo pour un rp ? : Oui
avatar : Peter Does dirty
age : 30
occupation : vendeur de space pizzas
relationship status : Marié à Ezra Barckley
MessageSujet: [RP LIBRE] Les malheureux anonymes   Ven 16 Mar - 18:54

Le réveil a toujours été le moment le plus difficile de la journée. Aux alentours de 14h en général, parfois une ou deux heures plus tard, Elliot émergeait difficilement de la soirée de la veille. Et de son after. Et de l’after de l’after.
Hier, il a eu 30 ans.

Ça fait un choc de changer de dizaine. Il se souvient plus bien de la dernière fois que ça lui était arrivé, faut dire que c’était il y a déjà longtemps. 30 ans putain, l’âge où on se marie, où on fait des gamins, où on achète une voiture qui démarre à chaque fois et qu’on arrête de décorer son appart avec des capsules de bières (le vin fait plus classe).
C’est vrai pour la plupart des gens qui adoptent cette routine, pas pour Elliot. Sa vie à lui, c’est un peu comme s’il l’avait déjà vécu : il a plus d’ambition, plus de passion, plus d’objectifs. Et son passé est presque aussi trouble que sa soirée de la veille. Il a fait quoi de sa nuit ? De son année ? De sa vie ? Bam, envolée, réduit en cendres, comme le bout de sa cigarette. Il écrase le mégot pour en rallumer un. Et dès la tombée de la nuit, tout va recommencer : boire, fumer, baiser, se droguer, se battre, ne plus se rappeler.

Un café, une douche expédiée, un shot de rhum, une dizaine de clopes et un fix d’héroïne. Il ne lui fallait pas grand chose pour être bien réveillé.
Il vida des croquettes dans la gamelle vide de son compagnon félin, Captain Morgan.

Comment ils font, les autres ? Les gens biens comme il faut, tout beau, tout propre, toujours à l’heure, ceux qui y arrivent quoi ? On lui avait toujours répété que c’était la drogue son problème, mais c’est des conneries tout ça. Il n’a pas pu tout rater à ce point à cause de quelques plantes. Il y arrive pas mieux quand il est sobre, de toute façon, c’est d’ailleurs pour ça qu’il évite de l’être. Après il y pense, et c’est encore pire.

Il a du boulot, pas le temps de traîner. Il s’écroule sur une chaise et s’active à rassembler la poudre étalée un peu partout sur la table dans des sachets bien pesés. Il a du stock, encore trop à écouler pour le mois. Dealer c’est pas un boulot de tout repos.

« Groupe d’entraide » qu’ils appellent ça, ouvert à tous. Sûrement un genre de trucs où les gens racontent leur vie, disent bonjour à tout le monde d’une voix stupide, puis chialent de façon grotesque, avec la goutte au nez et le hoquet, tout le tralala quoi.
Lui, il y voit une bonne occasion, de nouveaux clients potentiels. C’était sa nouvelle idée du jour. Il avait vu cet atelier dans un journal abandonné dans le métro. Ça se lit encore ces trucs ? Il les utilise que pour le toncar d’habitude.
Mais les types tristes, ça consomme forcément de la drogue pour oublier, non ? Au moins pour ne plus se souvenir qu’ils sont venus là en plein après-midi, peut-être même pas défoncé ou bourré, et ont raconté plein de trucs chiants à des étrangers. Avant de pleurer sur des épaules de gens aux cheveux gras.
Il n’aura qu’à raconter sa crise de la trentaine lui, quand ce sera son tour, ça passera crème. Il a toujours eu un don pour faire semblant de pleurer en plus, il fait le coup à chaque fois quand il est embarqué au commissariat.

Alors, lui, ses cernes et sa sale gueule se sont mis en route quelques minutes plus tard. Un kilomètre à pied, ça use mais ça permet d’arriver, les poches de son long blouson noir pleines à craquer de petits sachets de poussières de fée. Ôtant un instant son chapeau pour se recoiffer, il écrasa sa cigarette avant d’entrer dans le bâtiment. Assis en rond sur des chaises, l’observait des visages insupportablement bienveillants. Il était presque à l’heure pour une fois. Ses dents abimées par l’héroïne se dévoilèrent en un sourire hypocrite et il prit place où il en restait sans prononcer un mot.
Que le supplice commence.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
where'd all the good people go? I've been changing channels I don't see them on the TV shows we got heaps and heaps of what we sow
Revenir en haut Aller en bas
 
[RP LIBRE] Les malheureux anonymes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» jude, c'est malheureux de voir ce genre de comportement!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ticket To Ride :: london, 2018 :: northbound to southbound :: northern line :: camden town-
Sauter vers: